BALADE

Premier Porsche and Surf à Biarritz

Nous avions une folle envie de vous emmener à Biarritz. Parce qu’il fait bon, là-bas, en novembre, parce que le Pays Basque est un paradis pour les porschistes et parce que nous souhaitions vous (et nous) offrir un moment inoubliable avant de clore l’année 2017.

Finalement, comme prévu, nous étions une douzaine d’équipages de fous à avoir traversé une bonne partie de la France pour deux jours de bonheur absolu. L’idée ? Quitter Paris, Marseille, Toulouse, Bordeaux ou Lyon le vendredi midi pour se retrouver, entre 20 h et 23 h, sur les terrasses de la rue Gambetta, au cœur de Biarritz. Juste histoire de changer de planète, le temps d’un week-end.
Nous étions donc douze au départ. Douze à dire « banco » et à prendre la route. Malheureusement, même si les Porsche ne tombent jamais en panne (!), la Porsche 930 turbo 1986 de Jacques n’a pas démarré au départ d’Arcachon et la Porsche 356 B de François a perdu son alternateur juste après Toulouse. Nous ne serions donc que dix équipages qui ne se connaissaient pas, à l’exception d’Hervé et Éric, de Jean-Baptiste et Virginie, de Rouen, de Pascale et Thierry, de Paris et de Matthias, habitués des Bistrots

et des Paris Magny-Cours Porsche Festivals. Les autres ? Gorka viendrait de Bilbao en Porsche 996 Turbo, Tony de Bordeaux en Porsche 911 Carrera 3,2, Monique et Michel des Landes en Porsche Boxster, Didier de Biarritz en Porsche 997 Turbo, comme Matthias, et nous de Paris, en Porsche 968, comme Pascale et Thierry. L’artiste Bruno Bayol avait concocté une affiche sublime que les internautes et facebookeurs voulaient tous acheter. Ne vous tracassez pas, la prochaine sera plus belle encore ! Nous regrettions juste l’absence de Cécile et de Daniel, retenus en région parisienne, et à qui nous avons envoyé, fort malicieusement, une paire de chaussons siglée du splendide Hôtel du Palais.
Car si le thème majeur était le surf (et, accessoirement, les Porsche), il ne s’agissait pas de se faire violence en se jetant à l’eau mais de passer un bon moment. Nous avons bien compris, au cours des semaines suivantes, que certains ont renoncé à

7 Porsche AU PETIT MATIN, DANS LA COUR D'HONNEUR De l'HÔTEL DU PALAIS, à Biaritz

AU PETIT MATIN, DANS LA COUR D’HONNEUR DU SUBLIME HÔTEL DU PALAIS, QUI NOUS A RÉSERVÉ UN ACCUEIL EXCEPTIONNEL.

RETOUR DES BARS À TAPAS DE LA RUE GAMBETTA de Biaritz À PIED, PAR LA PLAGE

RETOUR DES BARS À TAPAS DE LA RUE GAMBETTA À PIED, PAR LA PLAGE… IL EST BIEN TARD, MAIS QUEL BONHEUR !

PAOLA et LA DÉCO DE LA Porsche 996 TURBO CABRIOLET, MONIQUE ET MICHEL, DANS La Porsche 911 3.2 BOXTER et collage d'un stickers PIRELLI

C’est toujours étonnant de voir à quel point cette passion des Porsche et de leur histoire rassemble et fait tomber les barrières. Après quelques minutes, tout le monde se parle et se connaît avec un naturel désarmant.

1. PAOLA QUI VEILLE À LA DÉCO DE LA 996 TURBO CABRIOLET
2. MONIQUE ET MICHEL, DANS LE 3.2 BOXTER
3. VIRGINIE AUX PETITS SOINS AVEC NOTRE PARTENAIRE PIRELLI

s’engager de peur de se retrouver contraints à filer à l’eau, par 7 °C, dans la baie de Biarritz. Eh bien non, chacun était libre de choisir entre surf et thalasso, ou même de ne rien faire. Seulement voilà, nous avions déniché en Fabrice un prof tellement chouette que même les plus réticents ne voulaient plus sortir de l’eau après deux heures passées sur leur board.
Mais revenons au début de l’histoire, si vous le voulez bien. C’est avec le concours de Pirelli et de GS27, nos partenaires historiques, et de Maya, de l’Hôtel du Palais de Biaritz, que nous sommes parvenus à monter l’opération. L’hôtel sublime, qui avait accueilli les amours de l’empereur Napoléon III, est resté le palace désuet que l’on attend. Mais l’accueil est très simple et chaleureux, tout à fait raccord avec l’hospitalité historique de ce pays méconnu. Sur place, nous étions tous surclassés avec des vues sublimes sur l’océan et accueillis comme des princes. La cour d’honneur était mise à notre disposition pour garer les Porsche, ce qui produisait, avec les oriflammes des partenaires claquant au vent, un effet extra !

Vue sur l’océan
Une fois les tapas et les sangrias de la soirée englouties, l’humeur était déjà à la rigolade au moment de regagner l’hôtel. Personne ne se connaissait deux heures plus tôt mais tout le monde s’entendait déjà à merveille. En nous retrouvant au petit déjeuner, face à la mer, nous avons découvert que le buffet avait été classé meilleur petit déjeuner d’hôtel au monde. À 8 h 30, tout le monde a pris la route, tortueuse comme nous les aimons, pour Saint-Jean-Pied-de-Port, ville fortifiée au pied des montagne et au cœur du Pays basque. Sous une pluie battante, nous avons fait une halte à Espelette, non pas pour les sempiternels piments mais pour la chocolaterie artisanale Anton, qui nous a accueillis et ouvert sa cuisine et son laboratoire. Emmanuel et Isabelle, lecteurs de Ferdinand et éleveurs de piments, nous ont rejoints sur place et offert un pot de leur production à chaque équipage. Géniaux ! Dégustations et emplettes achevées, nous avons remis le cap à l’Est, pour Saint-Jean-Pied-de-Port, où la citadelle nous attendait sous des trombes d’eau.

Les Porsche sur le PARKING DE LA CHOCOLATERIE ANTON, À ESPELETTE

SUR LE PARKING DE LA CHOCOLATERIE ANTON, À ESPELETTE, AU PETIT MATIN, SOUS LA PLUIE. QU’IMPORTE LA MÉTÉO, LE PLAISIR D’ÊTRE ENSEMBLE ET DE ROULER EST BIEN LÀ.

SORTIE DE LA COUR D'HONNEUR DE L’HÔTEL DU PALAIS Biaritz

LA SORTIE DE LA COUR D’HONNEUR DE L’HÔTEL DU PALAIS AU PETIT MATIN. CAP SUR LA MONTAGNE !

vue de la CITADELLE DE SAINT-JEAN-PIED-DE-PORT

DEPUIS LA CITADELLE DE SAINT-JEAN-PIED-DE-PORT AVEC LES PYRÉNÉES DANS LES NUAGES.

cours de surf sur la plage de Biaritz

À 15H30, POUR UN RAPIDE COURS THÉORIQUE SUR LA GRANDE PLAGE DE BIARRITZ. LES AUTRES SONT À LA THALASSO.

cours de surf

DEUX HEURES PLUS TARD, MALGRÉ LA NUIT QUI TOMBE. PERSONNE NE VEUT SORTIR DE L’EAU.

⇒  Peu importait, en fait : nous étions là pour rouler ensemble, papoter aux haltes et partager un bon moment. Nous avons ensuite regagné la côte en passant par le joli village de Saint-Étienne-de-Baïgorry avant de rejoindre Saint-Jean-de-Luz, puis Fontarrabie en Espagne, pour les tapas sur la grande place, chez Ignacio, où, pour se donner du courage, la sangria a, de nouveau, coulé à flots. La prochaine étape ? Le retour à bonne allure sur Biarritz où nous attendait Fabrice, le prof géant (coursdesurf.com et 06 89 59 16 43), avec une planche de surf et une combinaison pour chacun d’entre nous. Ceux qui ne souhaitaient pas passer à l’eau sont restés à l’hôtel pour une très agréable séance de thalasso ou un thé devant les vagues. Les autres, courageux, ont enfilé leur combinaisons et écouté religieusement les conseils et la douceur du maître. Le surf, si vous ne connaissez pas, cela s’apparente pour beaucoup à un sport impossible. Mais quand le prof est bon, vous démarrez sur votre planche à tous les coups. Ce fut le cas, à la grande surprise d’Hervé, qui n’y avait pas cru une seule seconde.

Grands, gros, petits, jeunes, vieux… Tout le monde a surfé, tout le monde s’est régalé et personne ne voulait quitter les vagues de la grande plage… où nous n’avons pas vraiment été ennuyés par les voisins ! La suite ? Thalasso itou pour les courageuses et courageux avant de rejoindre le bar 1930 de l’hôtel pour se raconter nos aventures dans une ambiance douce et chaleureuse, pendant des heures, comme la veille…

Découverte majeure
La vie, les enfants, le Pays basque, les Porsche, la mer, les jobs des uns et des autres… Et tout cela en toute simplicité, dans un sourire général permanent, sans l’ombre d’une envie autre que celle de partager et de découvrir les autres. Vers 20 h 30, nous avons mis le cap sur la Ferme Ostalapia, à Ahetze, sur la route de Saint-Jacques-de-Compostelle. Là, dans cette ferme auberge oubliée des touristes, nos hôtes nous avaient dressé une grande table à l’ancienne, sur des draps à carreaux, avant de faire

UNE IMAGE DU BONHEUR À SAINT-ÉTIENNE-DE-BAIGORRY…

LES CÔTES DE BŒUFS SIGNÉES OSTALAPIA. INOUBLIABLES…

AU BAR DE L’HÔTEL DU PALAIS de Biartiz

AU BAR DE L’HÔTEL DU PALAIS, À LA FOIS DÉSUET ET PLEIN DE CHARME COMME DANS LES CHANSONS D’ALAIN SOUCHON

DE LA MAGNIFIQUE Porsche 911 2.2 S JUSTE RESTAURÉE AUX Porsche 997 TURBO DE MATTHIAS ET DE DIDIER.

DE LA MAGNIFIQUE 2.2 S JUSTE RESTAURÉE PAR IMSA ROUEN DE JEAN-BAPTISTE AUX 997 TURBO DE MATTHIAS ET DE DIDIER.

Tout cela est passé si vite. Il faudrait ajouter une journée et une soirée au week-end. Rendez-vous en octobre prochain.

défiler les côtes de bœuf selon la tradition du pays. Un festin inoubliable qui nous a emmenés tard dans la nuit. Heureusement, les chambres sublimes ont permis à tous les équipages de récupérer de cette journée très chargée mais inoubliable. Toute la troupe s’est retrouvée autour des petits déjeuners face à l’océan déchaîné, après un jogging, une séance de natation dans la piscine ou une balade au marché couvert. Il a ensuite été temps, en fin de matinée, de changer de cap et d’attaquer le chemin du retour. Difficile, un retour après un tel week-end ? Pas du tout ! Le break avait été tellement extra que nous avions tous tellement de souvenirs et de choses à se raconter dans les habitacles, que la route faisait partie du plaisir. Et à la question finale : « On remet ça en 2018 ? », tous ont répondu par l’affirmative. Surtout ceux qui n’ont pas pu nous rejoindre… Et cette fois, peut-être devrions-nous être sur place dès le vendredi soir pour profiter plus encore de ces lieux magiques.

Rendez-vous en octobre
Alors, si vous souhaitez nous rejoindre pour le 2e Porsche & Surf, qui aura lieu du 6 au 7 octobre prochains, inscrivez-vous sans tarder. Attention : l’Hôtel du Palais ferme ensuite pour vingt mois de travaux de restauration. Donc, si vous souhaitez savourer avec nous, un dernière fois, son ambiance unique et désuète, rejoignez-nous. Tarif : 900 € pour une personne seule et 1 100 € pour un équipage de deux personnes, tout compris. Contact : redaction@ferdinandlemag.com et
06 80 02 82 16.

www.hotel-du-palais.com
www.pirelli.fr
www.gs27.fr

LA COUR D’HONNEUR, DE NUIT. QUEL ACCUEIL !

Slider
Slider
À découvrir aussi dans le numéro 24

ROAD TRIP

Designer, artiste et pilote. Laure Many et sa 911 SC Gr. 4 s’attaquent à Pikes Peak.

968 CLUB SPORT

La troisième Porsche 968 que nous publions est une CS. La belle histoire de Tim et de la Porsche de sa vie.

MEETING

C’est à notre homologue espagnol 90nce que nous avons confié la visite porschiste de Rétromobile cette année.

COMMANDEZ LE N°24
2018-09-17T22:23:52+00:00