40 ANS DE PORSCHE 928

Par Michel Tona – Photos archives Porsche et personnelles

Quarante ans déjà ! En janvier 1978, la Porsche 928 était couronnée «  Voiture de l’Année » à Monaco. Le jury, présidé par Paul Frère, en fit la seule GT à recevoir ce trophée. Comme la 924, lancée deux ans plus tôt, la grosse Porsche à moteur avant ne fut pas toujours aimée. La marque s’acharna pourtant à polir et remuscler son galet, qui perdura jusqu’en 1995. Meilleure GT de l’époque, la « neuf vingt-huit » ne remplaça certes pas l’iconique 911 mais elle ouvrit la voie aux Cayenne et Panamera d’aujourd’hui… 

La 928 a eu une gestation à épisodes. Au début des années 70, Porsche en est réduit à une quasi-monoculture, la petite 914 développée avec Volkswagen ne trouvant pas son public. Premier marché de la marque, les USA sont aux avant-postes de normes sécuritaires et environnementales toujours plus sévères. Nul ne sait alors si la 911, qui se vend toujours bien, verra la prochaine décennie. Sous l’égide de son directeur technique Ferdinand Piëch – neveu de Ferry Porsche mais qui, comme tous les membres de la famille, quittera bientôt Porsche (lui ira chez Audi) – la marque lance, début 1971, les premières réflexions sur un gros coupé quatre places à moteur V8 pour coiffer la gamme et remplacer à terme la 911. Certains possesseurs de l’icône cherchent, en effet, une auto moins pointue à conduire et plus confortable. Jusqu’alors, ils passaient chez Mercedes ou BMW. Une idée est lancée par Piëch : monter deux cinq cylindres d’origine Audi sur ce futur haut-de-gamme. Elle est rejetée par Ernest Fuhrmann, le nouveau président, qui veut une conception 100 % Porsche.

Un autre projet est alors mené pour le compte de Volkswagen : celui d’un coupé abordable puisant dans la banque d’organes Volkswagen et Audi et qui serait vendu par ce dernier. Le projet EA425 est entièrement récupéré par Porsche quand Volkswagen lui préfère la future Scirroco, basée sur la Golf. Le choc pétrolier de 1973 « aidant », le projet de gros coupé V8 est relégué au second plan. Il faut faire du volume et la finalisation de la 924 devient prioritaire. Elle est lancée en 1975 et la 928 est repoussée de deux ans.

Un premier mulet sur base d’Opel Admiral est utilisé fin 1973 pour tester la suspension. Il est suivi par un Mercedes SLC gréé de l’ensemble moteur-boîte. Prennent ensuite le relais trois coupés Audi 100 pour les essais routiers. Le premier vrai prototype de 928 naît au printemps 1974. Le 15 novembre, on valide définitivement la configuration 2+2, abandonnant l’étude, pourtant bien avancée, d’un shooting brake à quatre vraies places. L’auto est conçue pour durer dix ans. Ce sera dix-huit. Contrairement à ce qui est trop souvent raconté, Porsche a évolué dans sa réflexion et, dès lors, la 928 ne devra plus « tuer » finalement la 911 mais la compléter par le haut…
(Découvrez la suite de l’article dans le numéro 25).

 

Slider
Slider
À découvrir aussi dans le numéro 25

RESTAURATION, 9e ÉTAPE

Après deux ans de travail, la 964 Carrera RS tourne enfin.

COUPES DE L’ÂGE D’OR

Les Porsche 2.0 de retour en piste.

TECHNO CLASSICA 2018

Dernier coup d’œil sur Essen.

COMMANDEZ LE N°25
2018-11-07T12:36:26+00:00