DOSSIER

De la 356 à la 912

Par Arnaud Teillon – Photos Philippe Plantier

Il existe des milliers de manières de vivre cette passion pour les Porsche anciennes. Que le modèle choisi soit rare ou cher, exotique ou plus normal n’y change rien. Il s’agit toujours d’une passion dévorante et envahissante qui ne vous lâche plus. L’histoire de Philippe, qui a acheté sa première 356 à l’âge de 14 ans et qui, aujourd’hui, considère sa 912 Targa comme une « super-356 » est, à ce titre, extraordinaire.

Reconnaissez que cette histoire n’est pas banale. Imaginez-vous une seconde à l’âge de 14 ans, quelques poils au menton à peine, face à votre père, en train de lui dire : « papa, j’ai ‘‘claqué’’ mon plan épargne-logement pour acheter une Porsche 356 ». Je ne sais pas ce qu’aurait dit votre père mais le mien aurait – dans un bon jour – levé les yeux au ciel. Dans un mauvais jour, cela aurait relevé du pied au cul. Direct. Mais bon, dans le cas de Philippe, les choses se sont bien passées… attestant une fois de plus du fait que certains sont plus bénis des dieux que d’autres.

Bref, à 14 ans, le petit Philippe possédait un jouet plutôt inhabituel dans le garage familial. La réflexion qui vient ensuite à l’esprit est : « fallait-il encore en avoir les moyens ». Eh bien non. Figurez-vous que, durant très longtemps, les 356 ne valaient plus grand-chose. « La valeur d’achat de ma 356 SC coupé à 14 ans ? 2 500 F ! Le prix d’une Mobylette neuve. Et elle marchait très bien. » Pourtant, personne n’en voulait et peu de garages acceptaient même de les entretenir.

Et c’était encore plus vrai de l’autre côté de l’Atlantique où, par culture, l’on remplace plus que l’on entretient. Ainsi en atteste cette BT5 cabriolet blanche, achetée là-bas par l’intermédiaire de Sylvain Duporge, de Passion356.com, le spécialiste du Nord de la France. « Il avait déjà très bonne réputation mais la voiture était encore aux États-Unis et je ne l’avais pas vue. Et, dans ce cas, c’est toujours la même chose : soit tu prends le risque de la payer malgré tout ; soit tu ne la prends… pas du tout. C’est un saut dans l’inconnu. (Découvrez la suite de l’article dans le numéro 20)

Slider
Slider
À découvrir aussi dans le numéro 20

RENCONTRE

Philip Kantor, le grand commissaire priseur de Bonhams, nous présente sa Porsche.

YOUNGTIMER

Porsche 924 Le Mans. L’ultime Porsche 924, à redécouvrir.

MASTERCLASS

Les routes du Monte-Carlo avec Jean-Claude Andruet.

Commandez le N°20
2018-08-19T21:51:11+01:00