LES 32 QUESTIONS QUE L’ON SE POSE SUR LES 3.2
(et leurs réponses)

Voici donc trente ans que la Porsche 911 Carrera 3.2 a tiré sa révérence avec des coupés suréquipés, des versions Speedster permettant d’écouler les dernières coques de cabriolets… La « 3.2 » a donc quitté la scène en 1989. Pourtant, depuis, jamais sa cote d’amour n’a faibli. Et, aujourd’hui encore, sa valeur ne cesse de se conforter ou de grimper.
Par Laurent Escoula

porsche carrera3.2l bleue clair métallisée

Cette Porsche 911 Carrera 3.2, tout le monde semble la connaître. Un voisin, un parent, un patron, elle était une sorte de symbole de bon goût à l’époque des autos plaisir statutaires des années 80. Et, chez les amateurs de Porsche, tout le monde a son avis sur les questions qui l’entourent. Pour fêter le trentième anniversaire de sa retraite, nous avons décidé de faire un point clair et sans concession sur cette star des petites annonces et… des envies des porschistes que nous sommes.

Les 32 questions

1-Est-elle la plus fiable des 911 ?
    Oui. Incontestablement et même si les 964, débarrassées de leurs soucis de jeunesse, ne sont plus très loin derrière. Les Carrera 3.2 affichant plus de 400 000 km sans réfection moteur ne sont pas rares. Leur simplicité mécanique et la faible sophistication de leur équipement (pas de direction assistée, pas d’ABS…) vont dans le même sens. Mêmes leurs embrayages durent souvent plus de 200 000 km ! C’est tout de même au moins quatre fois plus que celui d’une Ferrari 360 Modena, manuelle ou non. Cela en fait aussi la Porsche 911 la moins exigeante en termes d’entretien.

2-Est-elle la plus produite de toutes les Porsche ?
    Non. Il y a eu 198 416 Porsche de type G construites, contre 175 262 modèles 996 et 213 004 modèles 997. Et, pour les Carrera 3.2, le compteur s’est arrêté à 70 044 exemplaires. Et, depuis 1989, leur cote d’amour n’a jamais vacillé.

3-Pourquoi elle et pas une autre ?
    C’est assez étrange et c’est une bonne question. Elle ne propose pourtant pas beaucoup plus qu’une 3.0 SC du début des années 80 avec, toujours, une climatisation, un désembuage et des essuie-glaces archaïques et peu opérationnels. Pourtant, c’est elle que l’on veut. Son côté « dernière de la lignée », sans doute. Mais aussi son côté plus cossu et abouti, même s’il alourdit l’auto pour pas grand-chose. Je pense notamment aux sièges électriques ou à la climatisation…

4-Quel kilométrage est-il possible d’atteindre avec une Carrera 3.2 ?
    En fait, il est probable que le kilométrage maxi d’une 911 Carrera 3.2 ne soit pas encore atteint ! Les exemplaires en pleine forme à plus de 300 000 km sont légion et ceux à plus de 500 000 km ne sont pas rares, bien que nombre d’entre eux soient « rajeunis » avant revente. Bien sûr, ils peuvent être à revoir sur des éléments rares, tels que les ressorts, les silent-blocs ou une foule de consommables à la durée de vie longue, mais ce sont des autos qui, quel qu’en soit l’usage, affichent des longévités de taxis.

5-Qui sont les propriétaires de 3.2 ?
    Les jeunes en attente de permis au cours des années 80 et qui rêvaient alors de 911 ont aujourd’hui trente à quarante ans de plus, soit au moins 55 ans. C’est donc souvent dans la tranche 40/60 ans que se trouvent ceux d’entre nous qui rêvent aujourd’hui d’une 3.2. Mais les jeunes la découvrent également, avec l’attrait de son faible coût d’entretien.

6-Est-ce une Porsche choisie – ou aimée – par les femmes ?
    Oui, sans aucun doute. Il s’agit d’une « petite » Porsche, à la fois mignonne et rassurante et qui ne fait pas beaucoup de bruit. Elle a le même gabarit qu’une classique et se trouve être bien plus confortable. Même les jeunes femmes craquent sur sa bouille et son sourire.

7-Que penser des roues « téléphone » ?
      Attention : sur ce chapitre, les choses sont en train de changer. Délaissées et très souvent remplacées par des Fuchs, le plus souvent en 16 pouces, les roues « téléphone » d’origine des 911, avec des tailles différentes avant-arrière, contrairement à celles des 944, ont tendance à devenir rares. Si vous en avez, gardez-les. Et, si vous les montez, vous trouverez sans doute qu’aujourd’hui, elles collent parfaitement à l’époque.

8-La couleur blanche est-elle toujours difficile à revendre ?
    Non. C’était vrai dans les années 90 et 2000 mais plus maintenant. Les Porsche de tous gabarits se vendent en blanc et sont également de plus en plus recherchées dans ces teintes (il existe plusieurs blancs). Donc, pas de moins-value de ce côté-là.

9-Les Targa sont-ils vraiment moins rigides ?
    Oui. Et alors ? C’est un avis que l’on continue d’entendre et que certains magazines propagent toujours. Pourtant, même si c’est vrai, la remarque est actuellement sans intérêt car totalement hors d’époque. En effet, une Carrera 3.2 avec ses 224 pauvres chevaux, n’est plus une sportive. C’est un objet culte, un bruit, une consistance moteur, une ambiance… Mais certainement plus une auto que l’on achète pour ses performances. Sauf à vouloir se raconter une belle histoire, ce qui est respectable en soi, bien entendu.

10-L’ECU est-il toujours l’un des rares points faibles de la voiture ?
    Oui et non. Oui, car la plupart d’entre eux ont été changés ou restaurés depuis belle lurette. Non, car il se trouve en occasion à bon prix et le fabricant les restaure désormais directement.

11-La climatisation est-elle indispensable ?
    Non. Pour la simple raison qu’elle ne fonctionne pas très bien et ne refroidit pas suffisamment l’habitacle pour un été en Provence, par exemple. En revanche, le toit ouvrant sur un coupé demeure une option prisée et cela se comprend. Vitres et toit ouverts, en été comme en hiver (le chauffage, lui, fonctionne très bien !), c’est un chouette moyen de savourer les plaisirs multiples proposés par cette auto.

12-La boîte 915 est-elle moins bonne que la G50 ?
    Non. C’est la plus grande et la plus répandue des bêtises colportées au sujet des 3.2. Sachez que, sur les Porsche 911 de course, les préparateurs et constructeurs utilisent des 915 car elles sont plus rapides et moins lourdes. Alors, certes, la boite G50 possède un guidage plus rigoureux et plus ferme, mais cela ne justifie pas tout ce tapage ni les surcotes annoncées. L’achat malin concerne une 8586.

13-La boîte de vitesses G50 est-elle plus fiable que la 915 ?
    Oui et non. Oui, car on voit moins de réfections de boîtes G50 que de 915 chez les professionnels. Non, car ces 915 sont bien plus anciennes, montées depuis le début des années 70 et pas très coûteuses à faire refaire.

14-Peut-on acheter une Carrera 3.2 qui a été accidentée ?
    Oui, bien sûr, du moment que sa réparation a été bien faite. Et soyons réalistes : il est presque impossible d’imaginer que ces autos, que l’on achetait alors pour rouler vite, qui étaient posées sur des pneus moins performants qu’aujourd’hui, à l’équilibre et à ‘architecture très particulières, n’aient jamais subi de choc, même léger. Dans tous les cas, ce ne sera pas un problème si, répétons-le, la voiture a été correctement réparée… et que la mésaventure n’est pas intentionnellement passée sous silence. Bien sûr, une auto accidentée vaut moins cher. Mais cela peut aussi constituer une opportunité.

15-L’architecture Targa est-elle un bon compromis entre le cabriolet et le coupé ?
    Oui. C’est une architecture unique qui fait la par t belle à la sécurité, à la lumière et au vent. Indiscutablement une bonne idée et un look extra avec cette étrange bulle de verre à l’arrière.

16-Faut-il faire rembourrer les sièges après trente ans d’usage ?
    Oui. On s’habitue aux sièges avachis mais, bien rembourrés, il protégeront mieux les cuirs et vous feront remonter de quelques centimètres au volant. C’est un vrai bonheur que de retrouver une assise fraîche et confortable.

17-Faut-il absolument respecter la configuration d’origine ?
Oui et non. Oui, dans la mesure du possible, mais plus rien n’est obligatoire dans ce domaine. L’essentiel est votre plaisir, pas le regard des autres et encore moins leur jugement. Alors, grosses roues ou non, covering, tissus particuliers… C’est à vous de voir et de décider.

18-Que penser des Carrera 3.2 transformées ?
      Elles sont généralement moins chères que les autres à la vente et leurs propriétaires conçoivent souvent une sorte de complexe. Elles peuvent donc offrir de bonnes opportunités d’achat. Mais, une fois de plus, c’est la voiture qui parle, son entretien, son état, etc.

19-La présence d’un carnet d’entretien est-elle indispensable ?
    Non. Là encore, cette histoire n’a plus aucun sens. On en trouve des faux, d’autres complétés avec des tampons réalisés chez Office Depot… On voit même des marchands qui ne vendent que des autos avec carnet ! Bref, une belle liasse de factures détaillées est préférable à un carnet maquillé. À la limite, pour une auto ayant eu trois, quatre ou cinq propriétaires, un carnet « à trous » est plus plausible et d’autres éléments attestent d’un bon état.

20-Que faire si le carnet d’entretien n’est pas à jour ?
    Rien. Sauf s’il n’est pas à jour et que vous avez des factures authentiques qui n’ont pas fait l’objet d’un tampon dans le carnet. Dans ce cas, portez le carnet pour tampon à ce professionnel, facture à l’appui. Il vous le tamponnera avec plaisir.

21-Que penser des autos ayant eu une foule de propriétaires ?
    Rien de particulier. C’est plutôt normal, pour des autos de trente à trente-cinq ans d’âge. C’est la vie…

22-Les Carrera 3.2 venant de l’étranger sont-elles moins cotées ?
    Oui. Surtout les Américaines, moins puissantes et souvent dotées de feux arrière rouges et d’un éclairage avant particulier. Pourtant, ces dernières possèdent, le plus souvent, un régulateur de vitesse et une climatisation, très recherchée mais leurs cotes sont réduites du seul fait de leur provenance. Étrangement, les modèles provenant d’Italie, de Belgique et d’Allemagne sont moins sous-cotés, alors qu’aux États-Unis, les limites de vitesse draconiennes ne permettent jamais de rouler vite. De toute façon, par culture, les Américains sont moins enclins à la vitesse et à la performance, préservant donc souvent mieux l’intégrité de leurs véhicules que les Européens. Mais il est vrai qu’ils sont aussi moins « dingues » d’entretien suivi et se moquent – à juste titre ! – de cette obsession très française du carnet d’entretien.

23-Les modèles américains, moins puissants, sont-ils moins bien ?
Oui. Une Porsche Carrera 3.2 développe en théorie 231 ch chez nous, les versions catalysées affichant même 217 ch en Europe et 207 ch aux États-Unis. Mais cette donnée n’a que l’importance que l’on veut bien lui accorder. Rappelons que l’usage de ces autos a changé et que la puissance n’est plus essentielle. En outre, si vous souhaitez faire « gonfler » votre moteur sans le mettre en danger, sachez que c’est désormais simple comme bonjour.

24-Les cabriolets s’apprécieront-ils plus avec le temps ?
Oui. Cela a été vrai avec les 356 et ça l’est avec les Ferrari, les Peugeot, les Jaguar… À modèle équivalent, après vingt ou trente ans, les cabriolets prennent l’ascendant sur les coupés. Cela vaut aussi pour les 3.2, même si la France reste plus attachée que d’autres pays aux coupés. Sans parler des Speedster, les plus exclusifs des cabriolets, devenus introuvables sous la barre des 150 000 € en version large et des 300 000 € en version étroite. Des cotes inimaginables, même lors du vent de spéculation qui a soufflé à l’époque de leur sortie, en 1989.

25-Que penser d’une auto dépourvue d’historique ?
    Qu’elle mérite un examen et un essai plus attentifs encore. D’une par t, elle est seule à « parler » et, d’autre part, les Porsche Carrera 3.2 sont si bien construites et dotées de matériaux de si bonne qualité qu’elles sont capables de « cacher » 100 000 km sans qu’on puisse s’en apercevoir facilement. Entre une exemplaire de 250 000 km et un autre de 350 000 km, les différences visuelles sont souvent ténues.

26-Une Porsche Carrera 3.2 est-elle la Porsche de toute une vie ?
    Oui. En tout cas, on peut choisir une 3.2 pour réaliser son rêve de posséder une Porsche iconique et représentative de cette saga incroyable. Il s’agira toujours d’un bon investissement et ses cotes, qui n’ont pas fléchi durant les années « molles » que nous venons de traverser, en attestent. C’est aussi une modèle éternel et un nouveau « classic » que l’on pourra raisonnablement conserver dans l’optique d’une transmission ultérieure à ses enfants.

27-Quelle est le bon moment pour en acheter une ?
    Il n’y a plus vraiment de saison pour acheter une Porsche. Ainsi, les amateurs éclairés n’attendent plus le printemps pour prendre position sur les cabriolets de collection. Le bon moment, désormais, c’est celui où vous aurez trouvé la Carrera 3.2 de vos rêves et que vous serez en position de l’acheter, de l’entretenir et de la faire rouler régulièrement pour profiter de ses talents et partager ce plaisir unique..

28-À qui faut-il l’acheter ?
    On n’en trouve plus dans les centres Porsche depuis longtemps et il n’y en avait que très, très peu sur le dernier Salon Rétromobile. Ce sont les marchands spécialisés et, surtout, les particuliers qui font désormais ce marché où tout existe mais où, malgré tout, les voitures « louches » demeurent rares.

29-Faut-il l’acheter avec une garantie ?
Oui et non. Oui, si l’achat se fait à un marchand ou dans le réseau, mais à condition qu’elle soit sérieuse et ne grève pas trop le prix. Non, s’il s’agit d’un truc à 100 € proposé dans les magazines et sur les sites de petites annonces.

30-Et si le moteur n’est pas celui d’origine ?
      Cela entraîne une légère décote, certes, mais si le nouveau moteur possède une histoire documentée, pas de problème. Cette décote deviendra plus importante si le moteur « d’occasion » n’est pas documenté.

31-Peut-on acheter sans inquiétude un modèle de plus de 300 000 km ?
    Oui. Pour toutes les raisons précitées et, aussi, parce qu’il effraiera beaucoup d’acheteur. Sachez qu’à ce kilométrage-là, il ne sera pas forcément en mauvais état. Et s’il coûte 8 000 ou 10 000 € de moins qu’un exemplaire de 100 000 km, l’économie réalisée vous permettra d’offrir une belle remise à jour à votre nouvelle Porsche.

32-Combien vaut une Carrera 3.2 aujourd’hui ?
    Comptez un minimum de 30/32 000 € pour une auto honnête, peu documentée mais en bon état d’usage, ne nécessitant pas de travaux immédiats ou à court terme… ou pour une Américaine importée et en règle. Pour 10/12 000 € de plus, vous trouverez un bel exemplaire, dans les coloris recherchés, avec la climatisation et le très important toit ouvrant ou un cabriolet parmi les moins chers. Mais, quelle que soit son architecture, acheter une belle Carrera 3.2 en parfait état et au passé limpide autour de 52/56 000 € est devenu tout à fait normal aujourd’hui. Pour les Turbo Look, vous pourrez ajouter 15/20 000 € et pour les Speedster… pas moins de 100 000 € à cette somme. Là encore, vous aurez une Porsche à la fois classique, fiable, exclusive et rarissime.

Slider
2019-05-22T14:16:25+02:00