MATEYA LUX

BOXTER S 3.2 DE 2003

Texte Pascal Dro | Photos Philippe Boutié

Elle était là, dans le hall du garage, souriante, visiblement curieuse, avec une apparente envie de se joindre à la conversation. A priori, personne ne connaissait Mateya. Alors, quand elle a pris la parole…

Devant la porte, la voiture ne ressemblait pas vraiment à une pièce de collection. Il faisait gris, il avait plu et les routes de banlieue qui traversaient Villeneuve- Saint-Georges, Créteil et l’autoroute A4 étaient sales et mouillées. Impossible, dans ces conditions, de rouler dans une Porsche propre. Mais, nous l’apprendrions plus tard, celle n’est pas de cette manière que sa propriétaire l’idéalise.
Mateya – c’est son prénom – a finalement pris part à la conversation, nous racontant son histoire de porschiste. La sienne et celle de son Boxster, en fait. Une sorte de pacte à la vie à la mort scellé par les dizaines de milliers de kilomètres passés ensemble. Un lien, aussi, avec un passé qu’elle a oublié et un présent qu’elle dessine avec talent. Cadre marketing de haut vol, Mateya a quitté cette vie de folle pour réfléchir au sens qu’elle souhaitait donner à sa vie. Elle a alors décidé de vivre ses passions pour la photo, l’architecture et les voyages.
(Découvrez la suite de l’article dans le numéro 30). 

Le numéro 30 à commander d’urgence !

COMMANDEZ LE ICI