DOCS D’ÉPOQUE

PORSCHE 911 CARRERA 3.2

Par Serge Lepère et Alain Vanderhoeven

Comme toujours en ce qui concerne Porsche, l’abondante littérature commerciale, tout comme les guides, affiches, carnets et livrets, s’arrache ensuite entre collectionneurs. Voici la première partie de ce qui fut consacré à la désormais légendaire Carrera 3.2.

La 911, au début des années 80, c’est dépassé. L’usine Porsche est alors convaincue que les modèles 944 et 928 vont enterrer la «Onze» ! Fort heureusement, comme nous l’avons vu plus tôt dans ce numéro de Ferdinand, celle-ci résistera aux assauts de ses sœurs et continuera à évoluer. La troisième version de la «série G» que nous allons découvrir à travers quelques brochures illustre merveilleusement ces propos. La 911 SC (pour Super Carrera) remplace en 1977 les 2.7 et Carrera 3.0… C’est au millésime 1984 que la 3.2 (231chevaux) apparaît. Pas moins de 80 000 unités furent produites entre 1984 et septembre 1989, parmi lesquelles cinq types de carrosseries permettant de perpétuer la tradition. Les Coupé, Targa, Cabriolet et la version large en Turbo Look furent brièvement épaulés le temps d’une saison (1989) par l’édition limitée de la Speedster (voir en bas de page).

• Catalogue édition 1985 (7/85), 54 pages •

Sérieux, rigueur, netteté ! Nous sommes en présence d’un document dans la plus pure tradition de la maison de Stuttgart. Les catalogues Porsche sont toujours datés. Le document détaillé concerne uniquement les motorisations atmosphériques. Un catalogue de présentation similaire fut dédié en 1986 à la seule Turbo. Notez l’apparition du volant à quatre branches.

Grosso modo, à l’exception des revêtements et du niveau d’électrification des sièges, il y a eu deux types de sièges avant, les Sport et les Confort. Les Sport se trouvait en option sur les modèles de base et en série sur les Speedster et Turbo Look.

• Catalogue édition 1988 (7/88), 34 pages •

Le catalogue Porsche de 1988 est l’avant-dernier de la carrière de la 3.2. Plus beaucoup de modifications, la voiture est à maturité. Les roues en 16pouces se généralisent sur les routes… En dessous, la Turbo 3.3 déclinée en coupé et – c’est nouveau  – en cabriolet. La boîte à 5 rapports arrive en 1989.

Élégante et chaleureuse combinaison: un peu de noir, beaucoup de cognac . La fin des années 80, un peu voyantes, malgré tout. Kitsch aujourd’hui. À droite, la «Flachbau» (à vos souhaits !). Cette appellation, connue aussi sous le nom de «slant nose» ou « at nose», est une transformation usine qui permet de disposer de phares escamotables, de marchepieds, d’un châssis revu et d’entrées d’air dans les ailes arrière.

Quelques modèles « spéciaux »

Une 911 3.2 Speedster

Résurrection de cette appellation bien connue outre-Atlantique accolée jadis à la 356… La 911 Speedster avec pare-brise abaissé sera brièvement proposée en variante «normale», mais également en Turbo Look. Bizarrement, c’est la variante Turbo Look qui remportera le plus de suffrages (1903 exemplaires), tandis que la «simple» Speedster sera produite à 171 exemplaires. (Production de janvier à juillet 1989.)

911 Speedster Clubsport: la 911 monoplace !

Alors que la 911 Speedster sera assemblée au cours de l’année 1989, 340 exemplaires de la Clubsport seront produits en 1987. 50kilos seront gagnés en supprimant les équipements électriques, ainsi que la radio. L’unique teinte de carrosserie sera le blanc.

Étant donné la relative confidentialité de ces deux modèles, seules des photos de presse furent diffusées.

Voir les autres articles sur la Porsche 911 Carrera 3.2

Slider

À découvrir aussi dans le numéro 9

RENCONTRE

David Piper reprend le volant de sa Porsche 917 du Mans.

MESSE

Le Jubilé de Porsche 911, en Auvergne.

ANNIVERSAIRE

La 991 “50 ans”, un collector à acheter tout de suite.

2018-11-19T18:56:01+02:00