SAGA

Sur la Porsche 917, il fallait tout reprendre !

Par Pascal Dro

L’histoire est totalement invraisemblable. C’est en plein Paris, dans la soufflerie construite en 1912 par Gustave Eiffel, qu’entre 1968 et 1969, la SERA de Robert Choulet et le laboratoire Eiffel ont sauvé la Porsche 917 LH, chère à Ferdinand Piech mais jugée inconduisible et dangereuse par les pilotes. C’est aussi là, qu’est né l’aileron légendaire de la 2.7 Carrera RS. Incroyable, n’est-ce pas ? Jugez-plutôt…

   Vous avez bien lu : l’aérodynamique de la Porsche 917 qui allait s’imposer au Mans en 1970 et en 1971 fut bel et bien rectifiée au cœur de Paris, à vingt mètres de chez « Cloclo ». Exagéré ? Non. En 1969, aucun pilote d’usine Porsche ne veut en prendre le volant en course. La 917 effraie. Instable, dangereuse, imprévisible… Elle contraint Porsche à faire appel à son deuxième cercle de pilotes pour l’aligner en course. Au Mans, elle tue l’un d’eux dès le départ. Bref, le premier projet Porsche à viser la victoire au général au Mans est bien mal né.

Martin Peter est en place à la soufflerie depuis 1959. Et, aujourd’hui encore, il y œuvre à la sauvegarde de tout ce que l’on a pu y inventer et y développer.  À 80 ans ces jours-ci, notre homme n’a jamais quitté l’endroit dont il fut l’une des chevilles ouvrières essentielles. Il fait partie des rencontres qui marqueront l’histoire de Ferdinand. Une rencontre qui relève du hasard, comme souvent, mais qui s’apparente en tout point à une bénédiction. Son histoire est une saga. De celles qu’il faut raconter d’urgence parce qu’elle est aussi belle qu’incroyable. Et parce que cet homme si discret à contribué, sans jamais y apparaître, aux plus belles heures de l’histoire du Mans, des Porsche 917 aux Matra 640, sans oublier les 908, les Carrera RS, les Ligier JS11 de Formule 1, etc.

C’est en 1959, à l’âge de 22 ans, que ce jeune Alsacien, pupille de la nation dont le père a disparu sur le front de l’Est, est recruté là après sa formation de mécanique à l’armée. Il répond alors à une petite annonce qui va bouleverser sa vie. Il gravit ensuite tous les échelons hiérarchiques, défrichant les éléments de cette science découverte par Gustave Eiffel lui-même, qui avait « soufflé » ici sa première voiture de course – une Peugeot – dès 1914.

Ainsi, Martin Peter, l’homme le plus discret au monde, a participé à la plupart des études aérodynamiques françaises mais également aux sagas sportives les plus brillantes de la seconde partie du 20e siècle. Pionnier ou défricheur, il a beaucoup travaillé et partagé avec Robert Choulet, dont le cabinet SERA ne possédait pas de soufflerie. Après que celui-ci ait quitté son entreprise, il trouve aide et refuge rue Boileau. (découvrez la suite l’article dans le numéro 22).

Slider
À découvrir aussi dans le numéro 22

ROADSTERS MAGIQUES

Une Porsche 964 Speedster contre une 993 Roadster, un match Tiptronic totalement inattendu.

MAKING OF

Claude Lelouch nous attend à Montmartre pour revivre la scène finale de son film mythique C’était un rendez-vous. Émotion.

COLLECTION

La Porsche 962C 112 de Monsieur Jean est en réalité la « Skoal Bandit/JDavid » du Mans 1983. Généalogie d’une légende.

Commandez le N°22
2018-08-19T14:53:07+02:00